AILIA Logo

Nouvelles et ressources

<< First  < Prev   1   2   3   Next >  Last >> 
  • 21 Oct 2020 3:23 PM | Anonymous

    L'AILIA a récemment organisé un webinaire sur le marché des fusions et acquisitions dans l'industrie de la langue. L'enregistrement est maintenant disponible ici pour que chacun puisse le télécharger et le visionner.

  • 6 Jul 2020 11:04 AM | Anonymous


    L’AILIA est ravie d’annoncer qu’elle a conclu une entente de partenariat avec l’EUATC, l’European Union of Associations of Translation Companies (Association des sociétés de traduction de l’Union européenne). L’accord permettra aux deux organisations de se soutenir mutuellement au moyen d’événements promotionnels croisés uniques dans l’industrie et de rabais aux membres, entre autres avantages.

    À propos de l’entente, la présidente de l’EUATC Heike Leinhäuser a déclaré que l’objectif stratégique consiste à développer des partenariats fructueux avec d’autres organismes-cadres aux vues similaires à l’échelle mondiale. « Je constate avec plaisir que nos 24 associations nationales membres et, par leur intermédiaire, les 640 membres de notre réseau peuvent maintenant considérer le Canada comme un fidèle allié. Nous sommes enthousiastes à l’idée de collaborer avec l’AILIA », mentionne-t-elle.

    Cliquez ici pour obtenir de plus amples renseignements sur ce nouveau partenariat stimulant.

  • 15 May 2020 9:00 AM | Anonymous

    Le 13 mai 2020

    Le très honorable Justin Trudeau

    Premier ministre du Canada

    Cabinet du premier ministre

    80, rue Wellington

    Ottawa (Ontario) K1A 0A2

    Objet : L’importance de la législation sur le caractère bilingue des communications

    Monsieur le Premier Ministre,

    Permettez-moi d’abord de saluer la sagesse dont vous faites preuve pour aider le Canada à traverser la crise qu’engendre la COVID-19. Comme moi, tous les Canadiens attendent désormais chaque jour votre communiqué et écoutent attentivement vos conférences de presse. Je tiens à vous féliciter, votre équipe et vous, pour l’excellent et l’impressionnant travail que vous accomplissez en cette période difficile.

    Je vous écris aujourd’hui au sujet de la décision hâtive prise par Santé Canada au début de la crise, de suspendre l’obligation d’étiquetage bilingue de divers produits utilisés pour lutter contre la COVID-19. Lors de votre conférence de presse du 28 avril, vous avez déclaré que cette décision s’imposait parce que « la main-d’œuvre et la capacité logistique ne sont pas toujours présentes dans nos compagnies pour nos importations » et « qu’il faut équilibrer différentes vulnérabilités ».

    Plus récemment, un article de presse indiquait que Santé Canada faisait marche arrière et revenait sur sa décision, en confirmant que les importateurs devraient adopter d’autres solutions proposées par le gouvernement fédéral pour présenter l’information en français et en anglais.

    Au nom de l’AILIA et de ses entreprises canadiennes affiliées qui offrent des services linguistiques, je voulais quand même souligner l’inquiétude suscitée par cette décision qui, selon nous, soulevait de graves enjeux de protection du public. À long terme, cette mesure aurait pu avoir d’importantes répercussions sur la santé des Canadiens unilingues les plus vulnérables, qui auraient pu ne pas comprendre ou mal interpréter les modes d’emploi ou les mises en garde figurant sur les étiquettes des produits concernés.

    Le message que je veux vous transmettre, Monsieur le Premier Ministre, c’est que nos entreprises affiliées (79 au total) emploient des milliers de traducteurs professionnels, gestionnaires de projets, informaticiens, spécialistes de l’intelligence artificielle et autres experts partout au Canada, qui sont prêts à répondre aux exigences linguistiques du pays. Dès le début de cette pandémie, et peu après l’annonce des mesures de confinement, notre industrie a réagi. Nos entreprises ont rapidement fait le nécessaire pour que tous leurs employés travaillent de la maison. Grâce à l’utilisation de réseaux protégés, elles leur ont offert un environnement de travail sécuritaire et ont continué d’assurer un niveau de service optimal à leurs clients, en particulier au gouvernement du Canada.

    Monsieur le Premier Ministre, l’industrie langagière du Canada est là pour soutenir les efforts que vous déployez pour aider notre pays à lutter contre cette pandémie. N’hésitez pas à nous mettre à l’épreuve de la manière que vous jugez appropriée. Nous avons la capacité, les compétences et le savoir-faire pour appuyer Santé Canada et tout autre client dans la réalisation de leurs exigeants mandats, sans brûler d’étapes. Il n’est pas nécessaire de sacrifier l’étiquetage bilingue pour accélérer la mise à disposition des produits. Nous pouvons vraiment apporter notre soutien en tablant sur des stratégies de mise en marché et en garantissant la rapidité du travail de traduction, peu importe la langue. Nous proposons même d’étendre la liste des langues employées sur l’étiquetage des produits d’entretien ménager qui pourraient présenter des dangers pour la santé des Canadiens qui ne parlent aucune des deux langues officielles. Pour résumer, nous sommes là pour aider le gouvernement du Canada et appuyer ses efforts.

    Pour conclure, notre passion pour les langues officielles canadiennes est à l’origine de ce message que nous vous transmettons aujourd’hui. En travaillant ensemble, je suis persuadé que nous ressortirons de cette crise plus forts et plus unis que jamais. Je vous remercie d’avance pour votre temps et votre attention.

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

    Le président de l’AILIA,

    Association de l’industrie de la langue

    Language Industry Association

    Robin Ayoub

    c. c. L’honorable Patty Hajdu, ministre de la Santé

    L’honorable Anita Anand, ministre des Services publics et de l’Approvisionnement

  • 15 Apr 2020 11:57 AM | Anonymous


    L'épidémie de COVID-19 est une tragédie humaine avec un impact croissant sur toutesnos activités commerciales quotidiennes. Ce qui se peut se traduire par une période de profonds changements mais aussi peut-être d'incertitude pour vous.

    Nous travaillons en étroite collaboration avec les organisations et les experts de l'industrie, évaluant en permanence l'impact de cette situation pourtrouver une voie à suivre pour traverser ces moments difficiles.

    Nous vous garderons régulièrement à jour avec des informations ainsi que des conseils sur les réponses à la crise.

    Restez en sécurité et en bonne santé!

  • 12 Mar 2020 3:55 PM | Anonymous


    La COVID-19 est en tête des préoccupations de presque chaque personne sur la planète, y compris nos membres et nos clients. Un certain nombre de cabinets de traduction, dont des membres de l’AILIA, offrent des services gratuits en ce qui concerne le contenu sur le coronavirus – et les demandes affluent rapidement. En tant que professionnels de l’industrie langagière, nous sommes privilégiés de pouvoir travailler à distance dans des périodes comme celle-ci. Mais comment garder le contact en toute sécurité si nous n’avons pas l’habitude de travailler à la maison? Voici quelques conseils techniques pour ceux qui pourraient devoir travailler à distance pendant plus de quelques jours.

    1. Utilisez davantage Microsoft Teams ou installez l’application Slack.

    Slack est un outil de communication qui facilite la collaboration dans les projets et permet de clavarder de façon informelle. Bien que Teams, un élément de la suite Microsoft Office 365, puisse aussi être utilisé comme outil de travail collaboratif, Slack est plus convivial et peut être rendu facilement accessible aux clients et aux sous-traitants. Slack et Teams peuvent servir de canaux de communication pour les brèves interactions qui ont généralement lieu au bureau seulement, comme les courtes questions ou les idées d’amélioration aux méthodes de travail. Sur Slack, vous pouvez monter différents projets dans différents canaux pour rester organisé et concentré sur les tâches à accomplir.

    2. Sécurisez vos identifiants.

    Si des membres de votre personnel, des sous-traitants ou des pigistes travaillent à distance, ils pourraient devoir le faire dans des cafés ou d’autres lieux publics où des pirates peuvent rôder. Envisagez d’imposer l’authentification à deux facteurs pour Microsoft, Google et d’autres connexions à des comptes importants afin de protéger les données de votre entreprise. L’authentification à deux facteurs exige d'entrer le mot de passe habituellement employé ainsi qu’une autre donnée, généralement un code SMS envoyé par messagerie texte au téléphone de l’utilisateur. Des dispositifs physiques, comme une clé électronique USB, peuvent aussi être utilisés comme deuxième identifiant et sont plus sûrs que les codes SMS.

    3. Mettez à niveau vos systèmes patrimoniaux.

    C’est le moment de découvrir si vous utilisez des systèmes ou des programmes avec lesquels il est impossible de travailler à distance. Songez à les mettre à niveau en les faisant migrer vers l’infonuagique afin de pouvoir vous en servir à l’extérieur du bureau.

    4. Faites en sorte que vos employés soient productifs et que leur travail soit reconnu.

    Les employés à rendement élevé peuvent craindre que leurs efforts passent inaperçus, et certaines personnes ne sont pas efficaces à l’extérieur du bureau parce qu’il y a trop de distractions à la maison. Restez en contact avec tout le monde au moyen d’appels téléphoniques ou de conversations vidéo hebdomadaires et offrez de régler tous les problèmes qu’il vous est possible de régler, qu’ils soient technologiques ou autres, pour les employés travaillant de la maison. Il est facile de voir le volume de travail effectué; si le volume de travail habituel d’un employé diminue, vous le remarquerez probablement et vous pourrez gérer le problème directement avec lui. Il existe également des programmes de surveillance non intrusifs, comme Prodoscore, Teramind et Time Doctor, si vous jugez nécessaire d’y recourir.

    Au nom d’AILIA, nous encourageons nos membres, leur personnel et les familles à prendre des précautions d’hygiène et à faire preuve de prudence. Nous traverserons cette période difficile ensemble. Si vous avez des questions ou souhaitez discuter d’une situation en particulier, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

    Cordialement,

    Robin Ayoub

    President

  • 10 Mar 2020 9:48 AM | Anonymous

    James Archibald présidera le comité de l’ISO sur le Flux des travaux terminologiques et codage des langues
    OTTAWA, le 3 mars 2020

    Le Conseil canadien des normes, le comité membre canadien de l’Organisation internationale de normalisation (ISO), a nommé James Archibald à titre de président du Comité parallèle ISO/TC 37/SC 2 sur le Flux des travaux terminologiques et codage des langues. M. Archibald est également vice-président de l’ISO/TC 37 dont les travaux portent sur le langage et la terminologie.

    M. Archibald enseigne présentement la traduction à l’Université McGill. En plus de ses activités d’enseignement et de recherche, il est membre du Conseil supérieur de la langue française et de l’Office des professions du Québec.

    Les travaux du comité de l’ISO sont axés sur la normalisation des ressources, des technologies et des services relatifs à la terminologie, à la traduction, à l’interprétation et à d’autres activités liées au langage dans la société de l’information multilingue d’aujourd’hui.

    L’ISO/TC 37 a publié des normes internationalement reconnues sur une variété de sujets liés à la traduction, notamment le flux des travaux terminologiques et le codage des langues, la gestion des ressources terminologiques et la gestion des ressources linguistiques ainsi que les technologies liées à la traduction.

    M. Archibald se joint à une équipe internationale de 34 membres provenant de différents pays de l’Amérique du Nord, de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud, de l’Europe, de l’Afrique, de l’Asie et du Moyen-Orient.

    Les membres du comité travaillent actuellement à l’élaboration de 24 nouvelles normes en gestion de la traduction et de la terminologie. Les résultats permettront d’améliorer la communication multilingue dans le présent contexte international d’interdépendance et d’interconnexion.



  • 4 Mar 2020 4:11 PM | Anonymous

    Le Conseil supérieur de la langue française rappelle que la date limite pour soumettre une candidature à l’Ordre des francophones d’Amérique et au Prix du 3-Juillet-1608 est le 3 avril 2020.

    L’Ordre des francophones d’Amérique reconnaît le mérite de femmes et d’hommes, issus de différents milieux, qui se sont consacrés ou qui se consacrent au maintien et à l’épanouissement de la langue française en Amérique, ou qui ont accordé leur soutien à l’essor de la vie française sur le continent américain. Jusqu’à sept nouveaux membres en provenance de plusieurs régions des Amériques et du monde sont reçus annuellement : ​

    • Québec (deux récipiendaires) 
    • Acadie des provinces de l’Atlantique (un récipiendaire) 
    • Ontario (un récipiendaire) 
    • Provinces de l’ouest du Canada, Territoires du Nord-Ouest, Yukon et Nunavut (un récipiendaire) 
    • Ailleurs en Amérique (un récipiendaire)
    • Autres continents (un récipiendaire) ​

    Le Prix du 3-Juillet-1608 rend, quant à lui, hommage à un organisme œuvrant en Amérique du Nord qui a rendu ou rend des services exceptionnels à une collectivité de langue française et à l’ensemble de la francophonie nord-américaine. ​

    Un jury, dont les membres sont nommés par le Conseil, choisira les récipiendaires de chaque catégorie ainsi que l’organisme lauréat du Prix du 3-Juillet-1608. Ils seront récompensés en octobre 2020 au cours d’une cérémonie qui sera tenue à l’hôtel du Parlement, à Québec. ​

    Notez que les dossiers des candidatures non retenues la première année sont conservés et soumis au jury l’année suivante. ​

    Le formulaire de mise en candidature, qui indique les conditions d’admission et les critères de sélection, est disponible sur le site Web du Conseil au www.cslf.gouv.qc.ca/prix-etdistinctions


  • 27 Feb 2020 12:41 PM | Anonymous


    Le Bureau de la traduction et l'Office des normes générales du Canada ont signé une nouvelle entente de partenariat avec l'AILIA, l'Association de l'industrie de la langue.

    L'AILIA a conclu un accord relatif à un projet avec le Bureau de la traduction pour l'élaboration d'une nouvelle édition de la norme canadienne CAN/CGSB 131.10 pour services de traduction.

    La cérémonie de signature a eu lieu le lundi 24 février 2020.




    Le groupe de travail de l'AILIA était composé de Betty Cohen, Maryse Benhoff, Kim Pines, Sharon Steinberg, Lola Bendana et Donald Barabé. Notre présidente, Sharon Steinberg, a apposé sa signature au nom de l'AILIA.

    Il s'agit d'un jalon important pour l'industrie de la traduction au Canada et d'un résultat direct de tout le travail acharné que l'AILIA a accompli pour faire progresser la profession.

    Signataires

    Lucie Séguin
    Directrice générale du Bureau de la traduction
    Services publics et Approvisionnement Canada

    Sharon Steinberg
    Présidente
    Association de l'industrie de la langue

    Pour l'ONGC :
    Jean-Pierre Blais
    Sous-ministre adjoint, Direction générale du receveur général et des pensions
    Services publics et Approvisionnement Canada

    Témoin :
    Steven MacKinnon
    Secrétaire parlementaire
    Services publics et Approvisionnement Canada




  • 14 Feb 2020 5:46 PM | Anonymous
  • 10 Feb 2020 11:56 AM | Anonymous

    Conférencière principale d’ouverture


    Esther Bond, Directrice de recherche chez Slator: 28 février


    L’AILIA est très enthousiaste à l’idée d’accueillir Esther Bond, qui présentera le premier exposé de Slator au Canada dans le cadre de notre conférence le 28 février prochain. Nous savons que la plupart de nos membres sont abonnés aux infolettres de Slator pour obtenir des informations intéressantes au sujet de l’industrie.

    L’exposé d’Esther intitulé Loc 2020: Technology and Trends Shaping the Language Industry (Loc 2020 : Technologie et tendances qui façonnent l’industrie de la langue) présente certains des facteurs clés dans la demande de services linguistiques en 2020, tout en tenant compte des facteurs liés à la clientèle et à la réglementation. En outre, l’exposé présente le rôle que joue le capital dans le façonnement du paysage concurrentiel de l’industrie de la langue.

    De plus, puisque les innovations récentes dans le domaine des technologies linguistiques sont productisées, nous examinerons l'engouement pour l’adoption de la traduction automatique et nous nous pencherons sur les prochaines étapes de la mise à l’échelle de la TA, et sur les prochaines étapes pour l’industrie en général.

    Esther possède une formation en langues et est titulaire d’une maîtrise en traduction et interprétation, ainsi que d'un baccalauréat en français et linguistique. Esther est la tête du bureau de recherche de Slator, où elle dirige divers projets de recherche et fournit des services de recherche et de conseil sur mesure aux partenaires de Slator dans le domaine des technologies de traduction, des fusions-acquisitions et du financement de l’industrie de la langue, ainsi que dans de multiples secteurs verticaux des clients finaux.

    C’est une occasion merveilleuse pour l’industrie canadienne de la langue d’accueillir un représentant de Slator en personne pour la première fois! 



<< First  < Prev   1   2   3   Next >  Last >> 

©2018 AILIA Association de l'industrie de la langue Language Industry Association. | Tous droits réservés. 

Conception du site web :  Translations.CA

Powered by Wild Apricot Membership Software